L’automne à Pékin

Vue de haut

Boutique et jeune fille Samedi, nous sommes allés à Beijing voir un ami venu en Chine révéler aux sujets de l’Empire une nouvelle merveille de la consommation occidentale. L’Empire fait déja, aussi bien et moins coûteux, mais ce n’est pas une raison pour renoncer. Ses petits cubes savoureux seront un jour aussi indispensables que l’eau d’Evian qui traverse les mers pour rassurer ceux qui la boivent. Dépenser dix fois plus pour satisfaire le même besoin, c’est prouver qu’on peut dépenser. En attendant, nous sommes allés nous promener dans le quartier de la Tour du Tambour, vers le côté nord du carré de la cité impériale. De haut, on voit monter la mer de béton qui va recouvrir les toits et les cours. Elle a l’air encore loin. En bas, on a l’impression que le monde est normal. Les boutiques sont remplies de choses dont on pourrait avoir besoin. Les fils qui apportent l’électricité, le téléphone et la télévision parcourent le ciel; pas de mystère souterrain. Les gens marchent à pied. Aujourdhui il fait froid.

 

Fils

 

 

2 commentaires sur “L’automne à Pékin

  1. Avec un peu de chance, le quartier va être préservé; la discussion est en cours. Les cours carrées aujourdhui envahies de petites bâtisses seront dégagées, les pavillons restaurés. C’est la boutique de quincaillerie qui ne survivra pas, et sa patronne risque d’aller loger ailleurs, comme tous les habitants actuels ou presque (la nouvelle classe a déja commencé à s’installer).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s